Skip to content

Comment Devenir Pilote Essayeur Moto

Les nouveautés SUV du salon de Genève 2018

Toyota GR Supra Racing Concept : en attendant la version route - Vidéo en direct du Salon de Genève 2018

Vidéo - Les nouveautés électriques du Salon de Genève 2018

Les grandes absentes du salon : la Volkswagen Touareg (2/5) - Vidéo en direct du salon de Genève 2018

Skoda Fabia et Toyota Aygo restylées, Renault Zoe : les nouvelles citadines du salon de Genève 2018 en vidéo

BMW X2, Mercedes Classe A, Kia Ceed... : les nouveautés étrangères de Genève en vidéo

Hyundai Santa Fé : il va falloir patienter - Vidéo en direct du salon de Genève 2018

Voir plus de vidéos

S’il est un métier de l’automobile qui fait rêver, c’est bien celui de pilote-essayeur pour un constructeur automobile, fabricant de pneu ou équipementier. A longueur d’année, ces techniciens de pointe malmènent les prototypes dans les conditions de roulage les plus variées. Des champs de neige lapons aux contrées les plus arides et désertiques, en passant bien sûr par les circuits top secret, ces hommes – la profession reste peu féminisée – ont la particularité et la chance de passer énormément de temps au volant. Et quand ils sortent de leur voiture, c'est pour évoquer avec leurs autres collègues ingénieurs les axes de développement des moteurs, pneus, suspensions et autres systèmes de freinage qui équiperont la voiture que nous pourrons acheter quelques années plus tard.

Bref, une activité professionnelle à la pointe de l’innovation, qui requiert un très solide bagage technique - la plupart des essayeurs ont une formation d’ingénieur (comme en dispense par exemple l'Estaca) mais aussi, et c’est primordial, un excellent « feeling » automobile, que nombre d'entre eux ont cultivé (et cultivent encore) en karting ou autres disciplines du sport automobile. Car si le métier d’essayeur est bien sûr très technique, où tout est quantifiable (ou presque), il n’en reste pas moins que les batteries de capteurs et d’ordinateurs ne font pas tout : c’est aussi un métier de la sensation qui, toutes proportions gardées, peut s’apparenter à celui d’œnologue quand il s’agit par exemple de « calibrer » une suspension ou de déterminer la composition et le dessin d’un pneu en fonction des qualités que l’on cherche à lui donner.

D’habitude, les constructeurs rechignent à ouvrir les locaux de leurs services de Recherche & développement à la presse (on les comprend…). Pourtant, Nissan a récemment offert à une poignée de médias européens - dont Caradisiac - la possibilité de découvrir son centre de R&D de Barcelone, où 340 personnes sont en charge de la conception et du développement de nombreux modèles destinés au Vieux continent.

Après avoir montré patte blanche et recouvert de petits stickers les objectifs de nos smartphones, nous avons donc pu visiter ce centre très secret où sont mis au point les véhicules utilitaires légers, pick-up, mais aussi Juke et Qashqai. (liste non exhaustive), où les groupes motopropulseurs sont soumis à de sévères séances de test, où les trains roulants vivent de véritables tortures (sur certaines machines, trois semaines de tests équivalent à 100 000 km de roulage), et où est également étudiée de près la concurrence. Durant notre visite, nous avons notamment pu constater que la Volkswagen Golf GTE à motorisation hybride rechargeable faisait l'objet de nombreuses attentions, tout comme les VW Touareg, Toyota Hilux, Peugeot 308 et autres Ford Focus…

Après cette visite, nous avons pris la direction du circuit de Castellolí, situé à une grosse demi-heure de Barcelone, où plusieurs pilote-essayeurs nous ont parlé de leur activité professionnelle. Une équipe multiculturelle où se cotoient italiens, japonais, espagnols, tous amoureux d'un métier qu'ils ne quitteraient pour rien (ou presque) au monde. Car comme le dit Josep Meseguer, l'ingénieur qui dirige les tests au centre de développement de Barcelone : "L'automobile, ce n'est pas juste un produit, ce sont des sensations. C'est bien ce qui rend notre métier passionnant".

Pilote automobile



Le métier de pilote automobile (ou coureur automobile) consiste à conduire un véhicule automobile lors d'une course ou une compétition. Comme tous les métiers du haut niveau sportif, il faut avoir une technique irréprochable qui s'acquiert avec de nombreuses années d'entraînement. Les pilotes ont en général commencé leurs carrières en karting, pour obtenir les bases, dès leur plus jeune âge. Dès lors, les team-managers de F1 ont à l'œil les meilleurs.
Attention, il est très difficile de se lancer dans une carrière de pilote automobile, sans avoir commencé le karting petit... et sans contacts dans le milieu professionnel.
Il existe plusieurs disciplines en sport automobiles comme la F1, la F2, la F3000, le rallye...
Voitures, staff technique, déplacements, entrainement payant... La course automobile est un des sports qui coûte le plus cher, une saison peut revenir à plusieurs millions d'euros ! Seuls les meilleurs pilotes au monde, possèdent un manger personnel. Beaucoup gèrent la carrière de plusieurs pilotes à la fois. Ainsi, pour pouvoir courir, les pilotes doivent aussi démarcher les entreprises pour trouver eux-mêmes des sponsors.
Ses qualités : Savoir gérer son stress, rester concentré, avoir de bon réflexes, connaître sur le bout des doigt les règles de sécurité.
Ses débouchés : Il faut savoir que seules une vingtaine de pilotes de Formule 1 signent un contrat avec des constructeurs et gagnent relativement bien leurs vies. Il y a très peu de places pour les personnes qui veulent vivre exclusivement de ce métier.

Formation

Il est obligatoire d'avoir plus de 16 ans pour conduire sur piste (et le permis pour les épreuves sur route). Il faut aussi obtenir la licence délivrée par la fédération française du sport automobile (FFSA).
La FFSA a depuis 1993 un centre formation reconnu (Auto sport Academy) et unique au monde qui forme les hypothétiques futurs champions.

Combien

Le salaire d'un pilote automobile varie selon sa catégorie et selon le constructeur avec qui il est sous contrat. En F1 les salaires peuvent être exorbitants, comme celui de Fernando Alonso qui se serait élevé à 30 millions d'euros pour l'année 2010.

Site Web

Si tu veux en savoir plus consulte le site de la FFSA